Tourisme > Histoire 

  Histoire de Ceyreste

 

La présence humaine sur le territoire de Ceyreste serait attestée par la présence de tessons sur les pentes de l’oppidum, du vallon de Gendame dès 800 av. J-C. Plus près de nous les marins Grècs auraient choisis les rives du vieux port de La Ciotat pour mettre leurs bateaux à l’abri et ainsi commercer avec les populations locales. Les Romains aux alentours de 120 av. J-C occupent le territoire. Une tradition qui remonterait au XVIIIème siècle, relate le fait que les troupes de Jules César venaient se reposer sur notre territoire. En fait rien n’est véritablement établi, très peu de vestiges subsistent si ce n’est la voie Romaine, qui mériterait d’être étudiée.



Le territoire de Ceyreste était relativement vaste, puisque s’étendait jusqu’à la mer mais suite à diverses querelles entre les habitants du bord de mer, les Ciotadens et les habitants du bourg, les Ceyrestens, l’abbé de Saint Victor, dont dépendait Ceyreste, décida en 1429, de diviser la commune en deux, une seconde division intervint en 1675 privant définitivement Ceyreste d’un accès direct à la mer.



La fin du XVIème siècle fut une période sombre pour Ceyreste, en effet en 1593 le duc d’Epernon ordonne la destruction du château et en 1595 la majeure partie du village fut pillée et incendiée ainsi que les archives.



Les XVIIème et XVIIIème siècle, sont guères plus réjouissants, les Ceyrestens sont pauvres, les terres sont arides et l’eau manque. Il faut attendre la fin du XVIIIème siècle et le XIXème siècle pour voir Ceyreste prospérer. L’agriculture diminue, les paysans deviennent marins et embarquent sur les navires de La Ciotat.



Le XIXème siècle fut celui des Grands travaux, rue Felix Nevière (Rue du pont) en 1841, nouveau cimetière en 1847, nouvelle Mairie en 1884, percement du boulevard en 1887, enfin nouvelle école inaugurée en 1891. Dèas lors les travaux ne vont plus cesser, réservoir d’eau, électrification du village, assainissement, salle polyvalente et enfin les logements sociaux inaugurés tout récemment le 10 juin 2013 ou les tennis également inaugurés le 29 juin 2013.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous l´ancien Régime, les habitants de CEYRESTE se réunissaient en assemblée générale pour élire les syndics et le maire, chargés de l´administration. Les seigneurs du lieu furent les vicomtes de Marseille, la famille des Baux puis l´abbé de Saint Victor de Marseille. Pendant les guerres de religions, le village se rangea du côté des Ligueurs, ce qui lui valut de dures représailles. Du point de vue religieux, CEYRESTE fut, pour quelques années, vers 412 un évêché, avant d´être plus tard, rattaché à l´église de Marseille. Après avoir été un prieuré consacré à Notre Dame, la paroisse fut dédiée à Saint Blaise.

 

L´aspect de la commune fut bouleversé après la seconde guerre mondiale. La population quintupla en 45 ans. Les villas représentent 78% des maisons. CEYRESTE ne possède pas de grands immeubles collectifs, c´est là un de ses charmes.


L’ancien Ceyreste occupait une position défensive remarquable. Situé dans un creux, au pied des collines, il était pratiquement invisible du littoral.

 

Par contre, de son clocher, il pouvait tout surveiller. Installé sur un replat, il était protégé, au moins en grande partie, par un ravin profond et pratiquement invisible du littoral. Ceyreste occupe un site analogue à celui de Céreste des Alpes de Hautes-Provence.

 

 

 

 

 

 

 

Le passé de Ceyreste est celui d’un village dont la population demeura, jusqu’en 1945, voisine de 600 habitants. C’était avant tout des agriculteurs dont les familles vivaient de génération en génération sur des exploitations moyennes ou petites. Le problème permanent était celui de l’eau à cause de la sécheresse de l’été, de la perméabilité des sols et de la fréquence des pentes. Des hivers catastrophiques, heureusement très rares, (1684, 1709, 1819) pouvaient entraîner la perte des oliviers.

 

Sous l’ancien Régime, les habitants de Ceyreste se réunissaient en assemblée générale pour élire les syndics (plus tard les consuls) et le maire, chargé de l’administration. Les seigneurs  du lieu furent les vicomtes de Marseille, la famille des Baux puis l’abbé de Saint –Victor de Marseille. Pendant les guerres de religion, le village rangea du côté des Ligueurs, ce qui lui valut de dures représailles. Du point de vue religieux, Ceyreste fut, pour quelques années, vers 412, un évêché, avant d’être, plus tard, rattaché à l’église de Marseille. Après avoir été un prieuré consacré à Notre-Dame, la paroisse fut dédiée à saint Blaise.

 

L’aspect de la commune fut bouleversé après la seconde guerre mondiale. La population quintupla en 45 ans. 

 

Des personnes qui travaillaient quotidiennement à La Ciotat, Marseille, construisirent leur maison à Ceyreste. Les résidences secondaires se multiplièrent. En 1990, on en compte 264 pour 1129 résidences principales. Les villas représentent 78% des maisons. Le vieux village n’en compte plus que 22%.

 

Un atelier de taille de silex aujourd’hui disparu, près de la tour de Télégraphe et un oppidum, riche de débris de poteries, dominant le vallon de Gendame, sont les plus anciens vestiges de l’occupation humaine. 

N’est-il pas étonnant qu’il ait le même nom ligure : KIT (H) – AIR ESTA qui fut hellénisé en kitharistés,  puis latinisés sous la forme de kitharista pour aboutir finalement au provençal CEIRESTO et au français CEYRESTE.

 

L’histoire de Ceyreste ne peut être dissociée de celle de La Ciotat qui fut son port dans l’antiquité et au Moyen-Age. Elle lui achetait des produits et fournissait à ses habitants du travail sur les navires et dans les chantiers navals. Les deux communautés s’étaient séparées en 1429 mais leurs territoires respectifs ne furent définitivement délimités en 1675.

MAIRIE DE CEYRESTE
Place Général de Gaulle
13600 CEYRESTE
Adresse postale :
CS 80075
13708 CEYRESTE
Téléphone :  04 42 83 77 10
Fax :  04 42 71 48 94
contact@ceyreste.fr
  • Facebook Clean
  • White YouTube Icon